LA MALEDIZIONE DELL’ORO NERO COLPISCE ANCHE SIRIA E LIBANO. di ROGER AKL

Presento un altro documento in lingua francese ( a fondo articolo) da parte di un noto esperto libanese e cristiano vivente in Francia: Roger AKL, ex ufficiale di Marina, ex vice capo di SM della Marina Libanese.
Anch’egli ripercorre la maledizione dell’Oro Nero che – camuffata da conflitto religioso – che colpisce il suo paese e la vicina Siria.

La sua testimonianza, non tradotta per mantenerla ” pulita” si aggiunge a quelle di Nachik Navot ( Israele) e a quella di Alain Chouet( Francia) che ho già pubblicato in questo blog, per aiutare gli amici de ” IL CORRIERE DELLA COLLERA” a capire la situazione, oltre che tramite i miei post che comunque mi pare abbiano descritto e documentato fedelmente la situazione.
Quel che avrete certamente notato, è che tutti gli intervenuti nel dibattito sono, come dire,” di sicura fede Atlantica ” e tutti criticano lealmente ed apertamente la politica americana nel mediterraneo, giunta ai limiti del surreale.
Il secondo elemento evidente a tutti, è che tutti i “poteri”- nessuno escluso – che in una forma o nell’altra intervengono a fianco dell’America in questo conflitto, sono poteri NON democratici: governi tecnici, bande raccogliticce di mercenari, quando non addirittura seguaci di organizzazioni terroristiche catalogate come tali dalle stesse autorità USA.
Il terzo elemento palese a tutti, riguarda l’Italia e la sua supina adesione alla politica USA, al punto che è il solo paese dell’occidente a partecipare a tutte le iniziative mediterranee degli angloamericani , mentre la Spagna si è ritirata dall’Afganistan, la Germania e la Turchia hanno rifiutato di intervenire in Libia, la Francia sta ritirando i suoi uomini dal guazzabuglio afgano e gli inglesi stanno alla larga da Somalia e Yemen, mentre la Grecia ha smesso di bere i comunicati stampa NATO.
Un esempio tra tutti : l’Organizzazione Siriana per i diritti Umani con base a Londra che fornisce i media di notizie quotidianamente inattendibili, NON ha nulla a che vedere con la quasi omonima organizzazione che tutti conoscono e apprezzano.
Per scopiazzature meno essenziali di questa, la scorsa settimana, la Samsung è stata costretta a pagare oltre un miliardo di dollari di multa.
Questa organizzazione fasulla, viene presa come oro colato in tutte le sue fantasie.

Continuo a insistere sulla questione siriana a costo di irritare, perché è solo rendendosi conto ogni giorno di quel che accade, possiamo essere informati ed informare,perché la guerra che si sta combattendo oggi, in Europa, è quella per la conquista delle intelligenze. Le vostre.

Antonio de Martini

“Ce que j’écris sur la Syrie je dérange beaucoup de mes camarades français, à tel point que l’un d’eux m’a blessé au plus profond de moi-même en m’écrivant : « Mais comment, toi qui est chrétien, peux-tu défendre ce ”dictateur” qui massacre son propre peuple ».
30 AVRIL 2012

J’ai beaucoup réfléchi à toutes ces questions de religions et de politique au Moyen-Orient, d’instrumentalisations religieuses à buts stratégiques et politiques par des États occidentaux supposés chrétiens, qui agissent en États athées, excitant les fanatismes et s’alliant avec les théocraties islamiques du Golfe pour renverser des chefs d’État arabes laïques, tandis qu’en Occident, ils excitent les populations contre l’Islam présenté comme religion fanatique. Tout en encourageant parallèlement les riches autorités du Wahhabisme pétrolier à envahir le monde occidental et arabe et à y répandre les thèses extrémistes de l’Islam [1].
Révoltes arabes, intégrismes et prix du pétrole
Il faut se rappeler que, depuis que Nixon a annulé la couverture or du dollar, la valeur de cette monnaie est assurée par le pétrole que le monde entier doit payer en dollars et donc en avoir des réserves suffisantes. Bien sûr, les États-Unis n’ont qu’à faire marcher leur planche à billets pour s’approvisionner en énergie. C’est pour cela que, dès le début, ils s’étaient assuré que les pays du Golfe ne vendraient leur pétrole qu’en dollars. Ils avaient en plus promis de protéger leurs monarchies contre toute tentative de les renverser. Ils avaient même, dans les années cinquante, renversé la seule démocratie de la région en Iran pour y installer le Shah et monopoliser ainsi la vente du pétrole au monde entier. À ce moment-là, l’Islam des théocraties extrémistes pétrolières les dérangeait si peu que le fait qu’ils foulaient aux pieds les droits de l’Homme était secondaire à leurs yeux et à ceux de leurs alliés européens.
La guerre du Liban et l’utilisation de la religion pour des buts stratégiques
En 1948 et 1967, Israël, avec l’aide de l’Occident et surtout des chefs d’États arabes, sous protectorat ou influence restante des mandats anglais et français, avait chassé les Palestiniens de leurs maisons, leurs terres et leurs villages et les avait chassés dans les pays environnants ; un grand nombre dans le pays le plus faible, car le plus pacifique et le plus démocratique, le Liban, où le pouvoir était partagé entre ses différentes communautés, mais surtout entre les chrétiens et les sunnites. Les réfugiés palestiniens y étaient nombreux ; et de plus en plus révoltés contre le comportement de tous les États arabes qui ne les avaient jamais vraiment protégés, car dirigés par des gens asservis aux puissances coloniales, qui avaient planifié l’exode des Palestiniens, en leur commanditant une tragi-comédie de guerre israélo-arabe qu’ils devaient perdre sur ordre. La présence de ces réfugiés palestiniens, en quasi totalité musulmans sunnites, déstabilisa le Liban en divisant les Libanais, entre partisans sunnites des Palestiniens d’un côté et chrétiens libanais de l’autre. Ces derniers sous prétexte de protéger l’indépendance du pays, étaient encouragés par les Occidentaux à s’allier avec l’ennemi israélien pour « se défendre ».
Tout cela permettait de susciter une guerre de religion à la frontière Sud de l’Union Soviétique athée, tandis qu’Israël, allié du Shah d’Iran, allait profiter du chaos général, pour s’attaquer aux Palestiniens réfugiés dans le Sud du Liban et bombarder en même temps les villages chiites de la région.
Le Shah fut renversé et remplacé par la République Islamique d’Iran.
Ainsi, les États-Unis firent d’une pierre deux coups. La guerre contre le Liban avait réussi, d’une part à susciter des guerres religieuses dans tout le Moyen-Orient, au Sud des républiques musulmanes de l’Union Soviétique, et d’autre part à créer un ennemi islamique chiite iranien pour alimenter les peurs et la haine des populations sunnites du monde arabe contre lui, de façon à ce qu’Israël n’apparaisse plus comme l’ennemi principal.
C’est ainsi qu’Al-Qaeda fut créé en s’appuyant sur l’Arabie saoudite et le Pakistan, et que Saddam Hussein, homme de main de la CIA, déclencha la guerre contre l’Iran et souleva encore plus les peurs et les haines entre les deux rives du Golfe. Saddam Hussein fut encouragé par l’ambassadrice des États-Unis elle-même à envahir le Kuwait. Ainsi Al Qaeda, après avoir contribué à déstabiliser l’Union soviétique, se serait retournée contre les États-Unis, ceux-ci se « vengeant » en intervenant en Afghanistan et, surtout, en occupant l’Irak avec pour objectif de le diviser en petits États communautaires rivaux ; ce qui devait permettre aux États-Unis de contrôler la ligne de fractures eurasiatique allant de la Chine à la Méditerranée, en passant surtout par le Golfe pétrolier. À cette époque, il n’était question ni de droits de l’Homme, ni de protection des innocents. Résultat : il y eut plus d’un million de morts et de sans-abris innocents victimes des guerres menées par les États-Unis.
Pourquoi les États-Unis ont-ils renversé en Irak un dictateur, ancien homme de main de la CIA, qui leur avait rendu le service d’attaquer l’Iran ? Parce que Saddam Hussein a par la suite désobéi en voulant vendre son pétrole en une autre monnaie que le dollar.
Et pour l’Iran, comme disent les militaires, même motif, même punition. Il voulait vendre ou vend déjà son pétrole en d’autres monnaies que le dollar, empêchant ainsi le dollar d’être la monnaie de réserve du monde entier. Mais ce n’est pas la seule raison. Il fallait susciter au sein des populations sunnites arabes la peur d’une prétendue menace qui les jetterait dans les bras de leurs monarques alliés aux États-Unis et, bien sûr, dans les bras d’Israël, selon le dicton « l’ami de mes amis est mon ami » et de son pendant « l’ennemi de mes ennemis est mon ami ».
Tout le battage médiatique et gouvernemental des pays occidentaux, sur la prétendue bombe nucléaire iranienne et la prétendue « défense des droits de l’Homme », dans les pays du Printemps arabe, n’est qu’un rideau de fumée cachant des intérêts beaucoup plus matériels.
La Syrie, le Liban, leurs champs de gaz et la lutte pour la mainmise sur l’énergie
Qui peut encore croire que l’Occident combat pour défendre les droits de l’Homme en Syrie, au Liban, en Palestine ou dans le monde ?
Car, comment peut-on défendre les droits de l’Homme quand on manipule des peuples anciennement colonisés en les assujettissant à des régimes criminels, qui, dès 1948 et en accord avec les pays occidentaux, ont planifié la défaite et l’exode subséquent des Palestiniens et la victoire d’Israël ; et quand on s’allie avec les pires dictatures théocratiques et fanatiques du Golfe ; et quand on qualifie la Turquie de « démocratie », alors qu’elle a nettoyé et nettoie toujours ethniquement ses minorités et qu’on veut lui faire reprendre pied et assurer les droits de l’Homme dans les territoires où elle a autrefois perpétré ses crimes ?
Ceux qui se demandent ce qui pousse l’Occident à lancer les théocraties contre la Syrie ont pensé que son objectif était d’affaiblir l’Iran et le Hezbollah libanais, et de construire un oléoduc pour le pétrole du Golfe, lui permettant d’éviter le Détroit d’Hormuz rendant ainsi l’Europe moins tributaire de la Russie pour ses approvisionnements énergétiques.
Tout cela est vrai. Mais le plus important est que le Liban et la Syrie détiennent des réserves gazières énormes dans leurs eaux territoriales, et que le Sud-Liban regorge d’un pétrole que l’Occident et Israël convoitent en secret depuis des décennies et dont ils interdisent l’exploitation. Or, il se trouve que la Russie et la Chine sont aujourd’hui aux côtés de ceux qui veulent aider ces deux pays à exploiter leurs richesses et que cela ne fait pas l’affaire de l’Occident, de la Turquie et des théocraties du Golfe.
Kofi Annan et les 300 observateurs de l’ONU arriveront-ils à calmer le jeu ? Ou tragiquement les bandes armées et les livraisons d’armes continueront-elles à déferler sur ces deux pays, subissant la malédiction de l’Or Noir ?

About these ads
Trackbacks are closed, but you can post a comment.

Commenti

  • abrahammoriah  On agosto 31, 2012 at 10:53 am

    Ravenna, 31 agosto 2012

    Se su un piano più generale si deve osservare in Europa e negli Stati uniti la scomparsa di una qualsivoglia coscienza geopolitica – e conseguentemente, come nel caso Siriano, il delirante appoggio ad una “rivoluzione” che se dovesse conseguire il risultato di rovesciare il regime di Assad, destabilizerebbe con conseguenze catastrofiche tutta l’area -, è sull’Italia che l’analisi sopra proposta è particolarmente a fuoco, in quanto la supina adesione dell’ Italia alla politica estera degli Stati uniti altro non è che il portato del dominio nel nostro paese di “poteri non democratici [ e/o di ] governi tecnici”, la cui peculiare comune caratteristica è di potere completamente fare a meno di una autentica legittimazione popolare e, conseguente, farsi pure beffe della sovranità nazionale, meccanicamente ed inesorabilmente così sempre più compressa da altri interessi nazionali e/o di gruppi di potere sovranazionali ( di natura economico-finanziaria ed anche più prettamente criminale ). Sotto questo punta di vista, per invertire questa mortale tendenza all’instupidimento delle pubbliche opinioni e della scienza politica occidentali che ha così gravi conseguenze sia nelle percezione che l’occidente ha di sè stesso sia nei rapporti che esso deve intrattenere col resto del mondo, si prospetta certamente strategica una battaglia per conquistare le intelligenze, le sole armi che possano ridare sostanza ad un sempre più declinante e fiacco concetto di democrazia e che possono consentire di aprire un confronto realmente dialettico ( né di contrapposizione né di supina accettazione ) con un mondo globalizzato che non può essere più governato col sistema – o anche solo col concetto – della politica delle cannoniere.

    Massimo Morigi

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

Iscriviti

Ricevi al tuo indirizzo email tutti i nuovi post del sito.

Unisciti agli altri 574 follower

%d blogger cliccano Mi Piace per questo: